Archives Mensuelles: mai 2013

Mariage sous protection rapprochée

L'arrivée des mariés sur le parvis de la mairie de Montpellier, 29 mai 2013.

L’arrivée des mariés sur le parvis de la mairie de Montpellier, 29 mai 2013.

Je n’avais aucune envie d’aller couvrir ce mariage : pas fan de l’exercice, et pas motivé pour jouer des coudes au sein de la meute. Je n’ai donc pas demandé d’accréditation, préférant me concentrer sur des projets à long terme.

Et finalement, sur un coup de tête, j’ai pris mon boitier et je suis parti vers la mairie dix minutes avant le début du mariage. Sans véritable intention d’approcher le périmètre sacré, mais plutôt pour renifler l’atmosphère. Après tout, chaque fois que je ne suis pas quelque part, il se passe un truc… Alors autant aller y faire un tour !

Je suis tombé sur les mariés dès leur arrivée sur le parvis de la mairie. Cette photo n’est pas une plaque, mais qu’importe ! Elle raconte un peu l’ambiance d’un moment hystérique autant qu’historique, avec un dispositif policier digne d’un déplacement présidentiel et des chaines de télévision venues de tous les continents. Aujourd’hui, le parvis Georges Frêche avait l’allure d’une petite Croisette, avec ses hordes de photographes et de badauds, affairés à ne rien rater du quart d’heure de gloire d’un couple quasi inconnu.

Seules quelques minutes ont été nécessaires pour que je réalise à quel point j’avais bien fait de ne pas demander d’accréditation. Cette petite sortie a fait renaître l’envie de prendre le large pour tenter de raconter d’autres histoires, loin des caméras et de la folie médiatique. Affaire à suivre…

Publicités
Tagué ,

Onde a terra se acaba e o mar começa…

Février 2013, plage des pêcheurs, Ericeira, Portugal.

Un jour de février 2013, à Ericeira, Portugal.

« Là où la terre finit et la mer commence… » (Luís Vaz de Camões)

Et oui ! encore le Portugal… Quand je n’y suis pas pour documenter les manifestations contre les politiques d’austérité, j’aime m’y perdre à regarder le temps s’écouler. Après des années à arpenter la Méditerranée, j’avais besoin de voir autre chose qu’une mer bornée par des terres toujours plus hostiles. Et l’océan, ça ouvre l’horizon…

Ericeira, à quelques kilomètres de la pointe occidentale de l’Europe continentale, surplombant la Praia dos Pescadores. C’est depuis cette plage de pêcheurs que Manuel II prit l’exil, fuyant la Révolution du 5 octobre 1910. Il était le dernier « Roi de Portugal et des Algarves, de chaque côté de la mer en Afrique, duc de Guinée et de la Conquête, de la Navigation et du Commerce d’Éthiopie, d’Arabie, de Perse et d’Inde, par la grâce de Dieu ».

Comme quoi, la grâce de Dieu n’est pas très efficace contre la colère des peuples…

Tagué ,