Archives Mensuelles: juin 2013

Sur le perron

Sur le perron de la cathédrale Santa Maria Maior de Lisbonne, juin 2013.

Cathédrale Santa Maria Maior de Lisbonne, juin 2013.

Sur le perron d’une cathédrale, j’ai attendu en vain la fin d’une pluie printanière. Le soleil n’est jamais venu, mais une demoiselle est arrivée et j’avais une photo… Hallelujah !

Puis j’ai cherché un peu d’inspiration pour écrire quelques lignes sur cette image. Je ne l’ai pas trouvée, mais je me suis souvenu d’une lecture plus intéressante que mes humeurs :

« L’animal n’a pas besoin de fables ni d’amulettes : il ignore sa propre ignorance. Tandis que l’esprit de l’homme, arraché, isolé de la nature, comment ne serait-il pas à l’instant plongé dans la nuit et dans l’épouvante ? Il se voit seul, abandonné, mortel, ignorant tout – unique animal sur terre “qui ne sait qu’une chose, c’est qu’il ne sait rien” – pas même ce qu’il est. Comment n’inventerait-il pas aussitôt des mythes : des dieux ou des esprits en réponse à cette ignorance, des fétiches et des gris-gris en réponse à cette impuissance ? » (Vercors, Les Animaux dénaturés)

Tagué , , ,

Nazis go home !

Praça do Comércio, Lisbonne, juin 2013.

Place du Commerce, Lisbonne, juin 2013.

Lisbonne, 10 juin 2013. Une belle journée de printemps, au cours de laquelle je couvrais le premier FotoMaratona : trois cents participants parcouraient la ville au pas de course pour photographier une cinquantaine d’objectifs.

Place du Commerce, je trouvais un candidat essayant de remplir l’objectif suivant : « Photographier trois pigeons, ni un de plus, ni un de moins ! » J’enclenchais sans grande conviction… Ce n’est qu’en dérushant mes images que j’ai aperçu l’inscription en fond : « NAZIS go home ! »

C’est aussi cela le Portugal : des graffitis en abondance, très politiques, et une Allemagne régulièrement pointée du doigt, témoignage d’une crise qui n’en finit plus. Depuis quelques mois, j’ai constaté une explosion de ce genre d’inscription sur les murs, le symbole de l’euro étant fréquemment affublé d’une croix gammée, dans l’un des rares pays d’Europe à n’avoir jamais connu de domination allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.

C’était une belle journée de printemps, mais ce soir-là je n’ai pu m’empêcher de penser que l’Europe avait échoué et qu’on allait droit vers un automne des peuples…

Tagué , , ,

Alfama

Largo São Miguel, Alfama, Lisbonne, juin 2013.

Place de l’église São Miguel, Lisbonne, juin 2013.

Alfama, c’est l’un des plus anciens quartiers de Lisbonne, avec son architecture chaotique, son dédale inextricable de rues escarpées et son allure de casbah, héritage de la domination musulmane. Dans ce quartier populaire, le linge est étendu jusque sur les places publiques, désertes quand le soleil brille, mais surpeuplées les dernières nuits du printemps : lors des fêtes des saints, notamment celle d’Antoine de Padoue, une foule disparate danse et boit sur des rythmes endiablés jusqu’aux premières lueurs du jour.

Pour vous perdre dans Lisbonne, c’est l’endroit parfait : on peut y déguster des sardines grillées dans de minuscules restaurants et finir la nuit dans une casa de fado, tout en faisant abstraction du temps qui s’écoule. Mais attention de ne pas rester trop longtemps dans les ruelles d’Alfama ! Car le retour dans le tumulte d’une ville nord-européenne pourrait être difficile…

Tagué ,