Archives de Catégorie: Coups de gueule

Pour toi, Manuel Valls…

Adam, Montpellier, octobre 2010.

Adam, Montpellier, octobre 2010.

Un visage que je n’oublierai pas, un regard trop dur pour un bonhomme de sept ou huit ans. Adam était un peu mon interprète au camp des rives du Lez, à Montpellier.

Je me souviens de la chaleur avec laquelle sa famille m’a toujours accueilli dans sa cabane : quelques planches de bois doublées de morceaux de carton, une sorte de poêle bricolé dans un tambour de machine à laver, puis des couvertures en pagaille. Et, à chacune de mes visites, un café, une soupe, un repas ou un peu de liqueur de prune…

Roms de Roumanie, plus personne ne sait aujourd’hui quel épithète leur donner. Avec moi, ils ont simplement été généreux. Et à une époque aussi triste que la nôtre, c’est déjà énorme…

Publicités
Tagué , ,

Des cigales et des hommes

Exuvie de cigale, juillet 2013.

Exuvie de cigale, juillet 2013.

J’aurais pu évoquer la décision du Tribunal de grande instance de Paris, le 26 juillet 2013, d’ordonner aux éditions La Manufacture des livres « de cesser la diffusion de l’ouvrage de Yan Morvan intitulé Gangs Story comportant en pages 12 et 265 la photographie de Mathieu Buquet. » Mais d’autres l’ont déjà fait, cf. les papiers de Michel Puech ou de Sylvain Levene.

J’aurais pu reproduire cette image sans masquer le visage de Mathieu Buquet. Mais je risquerais une condamnation judiciaire, et Yan Morvan en est pour 5000 € de sa poche. Déjà que beaucoup de photojournalistes survivent à peine en exerçant leur métier, il ne manquerait plus qu’il leur faille payer, pour le préjudice moral, une somme à ceux qui aiment parader devant leurs objectifs et s’indignent ensuite de se voir dans la presse ou l’édition.

Lire la suite

Tagué , ,

Les risques du métier

Clashs au Caire, le 25 janvier 2013, lors du deuxième anniversaire de la Révolution.

Clashs au Caire, le 25 janvier 2013, lors du deuxième anniversaire de la Révolution.

Les risques du métier ? C’est le titre d’un papier signé par Henri de Turenne, en 1950, lu dans Grands reportersPrix Albert Londres. Extrait :

« Sales, pouilleux, vêtus d’un manteau de poussière, une cinquantaine d’individus  hirsutes et barbus hantent les routes de Corée, l’appareil photo en bandoulière et le calepin à la main. Habillés de la salopette verte de l’armée américaine, ils attendent pendant des heures, assis sur le bord du chemin et entourés de la marmaille nue du village voisin, qu’un camion ou une jeep veuille bien les emporter vers un front qui n’existe pas. Les chauffeurs les ont prévenus : « Ici on sait qu’on arrive sur le front quand on vous tire dessus. » »

Voilà qui rappelle furieusement les articles de confrères pigistes ayant couvert le Printemps arabe en Libye ou en Syrie. Avec une différence notable : selon Henri de Turenne, les 271 journalistes en route pour couvrir la guerre de Corée étaient correspondants, donc salariés par leurs rédactions respectives… pour faire leur boulot ! Lire la suite

Tagué , , ,

Le CDI préserve-t-il des bombes ?

Ghetto de Varsovie, 1943, et ce n'est pas une photo de commande...

Ghetto de Varsovie, 1943, et ce n’est pas une photo de commande…

Cela faisait plus de quinze jours que je n’avais pas poussé de gueulante.

Mais c’était sans compter sur le Sunday Times, qui maintenant refuse de publier les photos d’indépendants prises en Syrie. À Rick Findler, qui avait déjà publié dans ledit journal et rentrait d’un troisième voyage en Syrie, le chef du service international a expliqué : « Depuis la mort de Marie Colvin [et Rémi Ochlik, le 22 février 2012, à Homs], nous n’envoyons plus de journalistes en Syrie. Cette politique s’applique aussi aux pigistes qui nous proposent des textes ou images. Et ce même s’ils sont rentrés sains et saufs, car cela pourrait être perçu comme un encouragement à prendre des risques inconsidérés. »

Un encouragement à prendre des risques inconsidérés, donc ? Voilà comment, dans un formidable mélange de bienveillance et de paternalisme, on explique à un photographe qu’il ne lui sert à rien de continuer à travailler dans un pays en guerre, qui plus est s’il n’est pas en commande, donc salarié, pour espérer diffuser ses photos, même si c’est un « très bon travail ».

Ce serait à mourir de rire si justement on ne mourait pas autant dans le métier… Lire la suite

Tagué , , ,

Journaliste, dégage !

A Notre-Dame-des-Landes, lors de la manifestation du 17 novembre 2012.

A Notre-Dame-des-Landes, lors de la manifestation du 17 novembre 2012.

Les jours se suivent et se ressemblent à Notre-Dame-des-Landes : les gardes mobiles harcèlent les « Occupants » de la ZAD, et une minorité de zadistes harcèle les journalistes. Cette minorité, certes minoritaire, n’en est pas moins résolument pénible et menaçante à l’égard de la presse. Ou d’autres, d’ailleurs. Un camarade me racontait comment son organisation libertaire s’était faite sortir manu militari d’un cortège, car aucune récupération ne serait tolérée ! J’ai pourtant le sentiment que l’opposition au projet d’aéroport est discrètement récupérée par quelques illuminés. Ou des provocateurs infiltrés. Mais passons…

Les bons jours, ce sont des avertissements écrits. Comme sur la photo de Romain Beurrier, ci-dessus. Avec au passage un bel exemple de novlangue, puisque « nos propres médias » se dit en français « nos chargés de communication ». Si si. Comment pourrait-on être à la fois acteur et témoin ? Un petit rappel de la charte de Munich : « Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs. »

Lire la suite

Tagué ,

Journaliste, passe ton chemin !

Image d’illustration réalisée à Montpellier en 2009.

Image d’illustration réalisée à Montpellier en 2009.

J’étais parti pour pousser une gueulante contre l’accueil assez lamentable réservé à mes camarades journalistes présents à Notre-Dame-des-Landes. Mais Gaspard Glanz a signé un excellent édito pour RennesTV, auquel je ne vois rien à rajouter. Ou presque. Si je suis moins nuancé, je ne peux que vous recommander de lire son papier.

RennesTV, je les ai découvert mi-octobre. Depuis, ils se sont distingués par une production régulière et de qualité sur la « zone à défendre » (ZAD), contribuant largement à populariser la lutte des « Occupants » contre le projet d’aéroport. Voyez leur dernier film pour vous en convaincre, Opération Astérix. On se sent mieux après… Dès le début, leurs vidéos m’ont donné envie d’être de cette aventure. En tant que photographe, pour témoigner, même si je n’ai jamais caché ma sympathie pour ce petit Larzac. Les films, les récits et les images d’autres journalistes, ont motivé de nombreux amis pour faire le déplacement et prêter main forte. Preuve s’il en fallait que leur présence est indispensable pour gagner une bataille médiatique et faire nombre.

Lire la suite

Tagué ,