Archives de Tag: Économie

Le goût de l’Orient

Cour de la Mosquée bleue, Istanbul, août 2013.

Cour de la Mosquée bleue, Istanbul, août 2013.

Les Turcs l’appellent Sultanahmet Camii, mais elle sera toujours pour moi la Mosquée bleue.

C’est ici que j’ai commencé à prendre le goût de l’Orient, au cours d’un voyage de cinq semaines en camion : Istanbul et ses magnifiques mosquées, Ankara et son mausolée d’Atatürk, une ville de la Mer noire alors ravagée par un séisme et dont j’ai oublié le nom, les neiges éternelles du Mont Ararat, les eaux limpides du lac de Van, les ruines du palais d’Ishak Pacha, les convois d’ONG fuyant l’Irak de Saddam Hussein, qui le 2 août 1990 envahissait le Koweït, l’armée turque que nous croisions sur la piste du retour vers Diyarbakir, Alanya et la Sixième flotte des Etats-Unis croisant au large, des eaux turquoises, de la poussière et des flingues à foison… J’avais douze ans, je découvrais le monde, et ce périple commençait dans la cour de la Mosquée bleue.

Lire la suite

Tagué ,

Nazis go home !

Praça do Comércio, Lisbonne, juin 2013.

Place du Commerce, Lisbonne, juin 2013.

Lisbonne, 10 juin 2013. Une belle journée de printemps, au cours de laquelle je couvrais le premier FotoMaratona : trois cents participants parcouraient la ville au pas de course pour photographier une cinquantaine d’objectifs.

Place du Commerce, je trouvais un candidat essayant de remplir l’objectif suivant : « Photographier trois pigeons, ni un de plus, ni un de moins ! » J’enclenchais sans grande conviction… Ce n’est qu’en dérushant mes images que j’ai aperçu l’inscription en fond : « NAZIS go home ! »

C’est aussi cela le Portugal : des graffitis en abondance, très politiques, et une Allemagne régulièrement pointée du doigt, témoignage d’une crise qui n’en finit plus. Depuis quelques mois, j’ai constaté une explosion de ce genre d’inscription sur les murs, le symbole de l’euro étant fréquemment affublé d’une croix gammée, dans l’un des rares pays d’Europe à n’avoir jamais connu de domination allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.

C’était une belle journée de printemps, mais ce soir-là je n’ai pu m’empêcher de penser que l’Europe avait échoué et qu’on allait droit vers un automne des peuples…

Tagué , , ,

Que se lixe a Troika !

Au cours de la manifestation contre les politiques d'austérité, à Lisbonne, le 2 mars 2013.

Au cours de la manifestation contre les politiques d’austérité, à Lisbonne, le 2 mars 2013.

Samedi 2 mars, Lisbonne. Comme un peu partout au Portugal, une marée humaine foule les pavés de la ville. En fond sonore, Grândola, vila morena, l’air avec lequel a commencé la Révolution des Œillets, le 25 avril 1974. Une foule de petites gens reprend les paroles : les plus jeunes avec hésitation, les plus âgés les larmes aux yeux. Un mélange de tristesse, de colère et de dignité. Puis un mot d’ordre : Que se lixe a Troika ! Que la Troïka aille se faire foutre !

Ils étaient plus d’un million à travers le Portugal, dont une bonne moitié à Lisbonne, dans un pays qui compte à peine plus de dix millions d’habitants. Une manifestation majeure, peut-être même la plus importante depuis la Révolution des Œillets. Mais le lendemain, quelques lignes à peine dans la presse française.

Je n’ai pas la prétention de remplacer à moi tout seul des médias alors occupés à essayer de deviner qui allait être fait pape. Mais voici quand même quelques images de la manifestation. On parle trop peu de la crise au Portugal, c’est donc une bonne raison pour s’y intéresser…

► Lire aussi :

Portugal : marée humaine contre l’austérité (Courrier international, 02/03/2013)

Tagué , ,